Emploi Champagne-Ardenne : 17 000 pertes d’emplois à cause de la crise

Selon une étude de l’INSEE Champagne-Ardenne, la région a subi une perte de 17 000 emplois (hors agriculture) depuis le début de la crise en 2008. Si bien que la région est la 3ème de France à être la plus touchée. Cette baisse est due notamment aux spécialisations du secteur de l’industrie – secteur dont le nombre de pertes d’emploi est le plus élevé.

Une étude du mois de juin de l’INSEE sur « la Champagne-Ardenne face à la crise » fait état d’une perte de 17 000 emplois dans le secteur marchand non agricole, entre 2008 et 2009. La région champardennaise connaît une baisse de 5,3%. C’est bien plus que la moyenne nationale qui se situe à -3,6%. Déjà avant la crise économique et financière, la région « était après la Franche-Comté, la région de métropole perdant le plus d’emplois ». La crise n’a donc pas arrangé les choses.

Au niveau des effectifs de l’emploi salarié et de l’intérim, l’INSEE constate une baisse plus importante que la moyenne nationale. La baisse est de 4,3% pour le secteur de l’industrie et -14,5% pour celui de l’intérim. En effet, ce sont ces deux secteurs qui ont été les plus affectés par la crise. De plus, l’activité économique champardennaise est composée de spécialisations industrielles – surtout dans la filière automobile. Et ce sont ces secteurs qui ont été les plus fragilisés par la crise. Ces caractéristiques économiques « accentuent l’impact de la crise sur l’emploi ». Seuls les secteurs des services marchands, le commerce et la construction s’en sortent mieux (-13% pour les services marchands et -13% pour le commerce et la construction).

 

2. Des départements différemment touchés

L’impact de la crise atteint différemment les départements de la Champagne-Ardenne selon les secteurs économiques. Le plus fort recul de l’emploi a été constaté dans les départements de la Haute-Marne et des Ardennes. Par exemple, l’emploi dans la Haute-Marne a reculé de 7,2% dans le secteur marchand.

Pour résister à la crise, les entreprises ont eu recours au chômage partiel, dès novembre 2008. Pour l’INSEE, il y a eu « explosion du chômage partiel ». Le nombre d’heures autorisés pour cette procédure de chômage partiel en Champagne-Ardenne représente 5% du niveau national « alors que la région ne compte que 2% des emplois marchands de France métropolitaine ». C’est beaucoup.

 

3. un taux de chômage modéré par les aides et la création d’entreprise

A côté de cela, la reprise économique est lente et faible et le taux de chômage est de 10%. Mais au regard ce qui se passe au niveau national, cette augmentation est modérée pour la région champardennaise. L’INSEE explique cette modération par un recours aux dispositifs d’aide (contrat aidé, contrat d’avenir…). Les créations d’entreprises ont aussi joué un rôle dans ces chiffres. En effet, le pourcentage de création d’entreprise et d’auto-entreprise est de 87% pour l’année 2009 alors qu’au niveau national, il n’est que de 75%.

 

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse